Soigner son hygiène de vie est un incontournable des sportifs. Cela permet d’améliorer les performances. Les chevaux de concours ou de course n’échappent pas à la règle. L’entraînement ne suffit pas, l’alimentation doit également être adaptée. Mais cela ne couvre pas seulement les fourrages et les céréales, l’eau doit être de qualité et est souvent oubliée.

Explorez les bienfaits pour la santé de l’Eau Kangen®

Découvrez les vertus de l’Eau Kangen® en vidéo


L’eau a-t-elle un impact sur la santé du cheval de sport ?

Un cheval est composé à 60 % d’eau, ce qui fait quand même 300 litres ! Il boit entre 20 et 70 litres par jour. Nous comprenons aisément que la qualité de l’eau a forcément un impact sur son corps et sa santé.
De plus, l’eau est impliquée dans de nombreux processus physiologiques dont :
– La digestion : l’eau favorise la progression des aliments dans les intestins. Elle participe aux échanges des éléments nutritifs entre les cellules et facilite l’élimination des déchets par l’organisme.
Mieux le cheval digère, mieux il assimile les nutriments dont il a besoin et plus il pourra être performant en compétition ou en course.
– La thermorégulation : selon le climat et l’effort fourni, la température corporelle doit sans arrêt être régulée. L’eau participe à cette régulation. Avoir une bonne thermorégulation est très important pour les chevaux de haut niveau car ils doivent fournir des efforts intenses et/ou longs, quelles que soient les températures.

Hydratation Essentielle pour votre cheval : Guide Gratuit pour Choisir l’Eau Parfaite

Flux de Guérison: L’Essence de l’Énergie dans les Soins Holistiques Animales

Quels sont les besoins en eau du cheval ?

Comme nous, le cheval perd de l’eau via les urines, les crottins, la transpiration et la respiration. Pour compenser ces pertes, il lui faut boire entre 20 et 70 litres par jour, parfois plus selon son entraînement ou les températures.
Les besoins sont donc différents selon le contexte et dépendent notamment de :
La teneur en eau de ce qu’il mange. L’herbe est composée de 85 % d’eau alors que le foin n’en contient au maximum que 15 %. Les chevaux de concours ou de course vivent souvent en box et mangent principalement des fourrages secs (foin, paille) plutôt que de l’herbe. Ils ont aussi en général de grosses rations de céréales. Ils auront donc besoin de boire davantage.
L’état physiologique du cheval : une jument pleine ou en lactation doit boire davantage d’eau qu’un cheval de loisir.
Son entraînement : un cheval de course ou de concours est monté régulièrement (souvent tous les jours). Il transpire davantage et plus régulièrement. Il doit donc compenser en buvant davantage. Et cette eau, si elle est de qualité, participera à l’utilisation des substrats énergétiques par les muscles et à une bonne thermorégulation.
La météo : le cheval transpire davantage quand il fait chaud. L’humidité de l’air est également un critère important car elle ne permet pas une dissipation de la transpiration optimale et la thermorégulation est plus difficile. Le froid, quant à lui, peut diminuer la sensation de soif… Nous devons donc être vigilants à la consommation d’eau de nos équidés quelles que soient les conditions climatiques.
Certaines maladies (par exemple la maladie de Cushing) : le cheval peut avoir besoin de consommer plus d’eau.

Trop de céréales, un frein à la performance ?

Alors que la recherche scientifique sur l’alimentation a bien évolué, les chevaux de course ou de concours reçoivent encore, dans la majorité des cas, des repas trop riches et trop gros en céréales. Les céréales et notamment l’amidon en trop grande quantité, perturbent la flore et la digestion des équidés. Elles peuvent notamment entraîner des diarrhées chroniques et le cheval devra compenser ces pertes hydriques en buvant davantage. Ou alors il risque la déshydratation. Pour rappel, il est indispensable que le cheval puisse manger chaque jour au moins 1,5 kg de matière sèche de fourrage pour 100 kg de son poids vif. Pour un cheval de 600 kg, cela signifie qu’il doit manger minimum 10,5 kg de foin par jour ! Et c’est rarement le cas pour les chevaux de compétition.
Autre problème : les chevaux de concours ou de course ont souvent des rations trop riches en protéines et pas assez en graisses. Pourtant, les matières grasses permettent d’économiser le glycogène et préviennent les lésions des tendons ou des os, les crampes et la baisse des performances sportives.
Des rations trop riches en céréales entraînent généralement une acidification du corps, les céréales étant acidifiantes. Il est donc capital de rétablir l’équilibre acido-basique du corps du cheval pour lui permettre de performer. Une eau de qualité, aux propriétés alcalinisantes (obtenue par exemple grâce à une machine d’ionisation et de filtration de l’eau) peut être intéressante car elle va rétablir ce précieux équilibre acido-basique !

Curcuma au Quotidien: Guide Pratique pour Exploiter ses Bienfaits Magiques

5 remèdes naturels pour les chevaux


S’il faut diminuer les quantités de céréales distribuées chaque jour et faire un calcul de ration pour équilibrer les protéines, les matières grasses, les minéraux et les oligo-éléments, et augmenter si besoin les fourrages, il est également indispensable de fournir une eau de qualité au cheval, voire une eau filtrée et alcaline pour ne pas surcharger encore plus son organisme mais au contraire, l’aider à éliminer ce qui doit l’être tout en luttant contre l’acidification.

Des électrolytes pour compenser la perte en minéraux ?
Quand un cheval transpire beaucoup, que ce soit à l’entraînement, en course ou lors d’une compétition, il perd du potassium, du magnésium, du sodium, du calcium. N’oublions pas que lorsqu’il fait chaud ou lorsque le cheval fait un effort intense, il peut transpirer jusqu’à 15 litres de sueur par heure.
Que se passe-t-il alors ? La concentration en ions diminue dans les cellules. L’organisme a alors peur que ce déséquilibre continue d’augmenter : il préfère ne plus envoyer la sensation de soif au cheval pour ne pas que ce dernier boive et transpire encore et perde toujours plus d’ions. Conséquence : l’équidé ne boit pas assez et se déshydrate.
Mais ce n’est pas tout : les ions participent à la transmission de l’influx nerveux mais aussi à la contraction des muscles et au maintien du métabolisme cellulaire. Si les ions sont bien équilibrés, ils permettent un bon équilibre hydroélectrique et un bon équilibre acido-basique dans l’organisme et donc le bon fonctionnement de ce dernier. Pour que le cheval soit en bonne santé et puisse être performant, il faut gérer l’équilibre des ions dans son corps.

Pourquoi les chevaux de courses tireraient-ils avantage de l’eau Kangen ? Car elle assure une hydratation optimale, contribue à préserver un équilibre acido-basique idéal dans leur organisme, fortifie leur défense naturelle et améliore leur condition physique générale. Un geste simple pour valoriser leur performance et leur santé.

Eau Kangen : L’Hydratation Réinventée pour la Performance et la Santé des Chevaux


C’est pourquoi il est courant de complémenter les chevaux qui transpirent beaucoup avec des électrolytes (des ions) sous forme de pâte, de liquide ou de poudre, pour éviter la déshydratation et tout ce qui s’ensuit. Mais trop d’électrolytes seraient néfastes pour le cheval.
Il est donc important de s’intéresser à l’équilibre en ions chaque jour. Bien sûr, cela n’empêche pas de donner des électrolytes le jour d’une compétition ou d’un effort important. Mais au quotidien, il est préférable d’équilibrer la ration et d’apporter de l’eau de qualité au cheval.

Quelle eau donner à vos chevaux ?

Ainsi, une eau qui participe à rétablir l’équilibre acido-basique et qui est chargée en ions va permettre d’améliorer le fonctionnement de l’organisme du cheval et ses performances. Pour cela, il existe des machines ou fontaines, qui permettent non seulement de filtrer l’eau de tous les composants nocifs mais aussi d’alcaliniser l’eau. Cette eau alcaline permet de rétablir l’équilibre acido-basique mais aussi de lutter contre l’inflammation (courante après une compétition), de renforcer le système immunitaire et stimuler la régénération cellulaire.

Maîtriser l’Élixir Olympique : Hydratation Stratégique pour des Performances de Champion

Dossier Ultime sur les Antioxydants : Le Guide Complet pour un Bouclier de Bien-être


Des bouteilles d’eau alcaline sont également disponibles dans le commerce mais ne sont pas adaptées pour les chevaux. Premièrement, cette eau est potentiellement enfermée depuis longtemps dans la bouteille et perd de ses propriétés. Deuxièmement, vu les besoins en eau d’un cheval, cette solution n’est ni intéressante d’un point de vue financier, écologique et logistique. Les fontaines de filtration et d’ionisation semblent donc être une des meilleures solutions que ce soit pour le propriétaire d’un cheval ou d’une écurie.
Ce n’est donc pas que le jour de la compétition que nous devons nous intéresser à l’eau, à l’alimentation et au bien-être du cheval. C’est au quotidien ! Nous devons lui fournir des aliments adaptés à sa physiologie et une eau de qualité qui l’aide à mieux fonctionner. Ces deux conditions sont capitales pour améliorer le bien-être, le confort, les performances et les résultats des chevaux.