Je m’efforce de modifier les plans d’action en fonction de chaque individu, mais le premier levier sur lequel j’agis est sans aucun doute l’alimentation. Je crois fermement que nous sommes le reflet de ce que nous mangeons, et la qualité de notre alimentation se répercute directement sur notre corps. Voici mes conseils pour ceux qui cherchent à réduire naturellement leur glycémie :

  1. Je recommande vivement d’adopter une alimentation à faible charge glycémique. Cela implique d’éviter les aliments riches en sucres, qu’ils soient considérés comme “lents” ou “rapides”. Les fruits, cependant, ne sont pas à exclure grâce à leur richesse en micro-nutriments et en eau, qui dilue naturellement leurs sucres. J’encourage l’augmentation de la consommation de légumes, d’oléagineux, et de graines germées, tout en évitant les aliments trop transformés qui perdent une partie de leurs nutriments essentiels à chaque étape de transformation.
  2. J’insiste sur l’importance d’espacer les repas, et même de sauter un repas si possible. La surcharge du système digestif peut entraîner une fatigue et une usure des organes, ce qui peut diminuer la sécrétion d’insuline par le pancréas ou réduire la réceptivité de l’insuline par les récepteurs cellulaires. Espacer les repas permet à l’organisme de digérer totalement l’apport glycémique, de se nettoyer, d’éliminer ses déchets et de se régénérer avant la prochaine prise alimentaire.
  3. Je préconise la pratique régulière d’une activité sportive. Le sport aide notre corps à déstocker ses réserves d’énergie. Il est possible qu’à l’avenir, le sport soit prescrit et remboursé en cas de diabète de type 2, compte tenu de son impact sur la surcharge pondérale et l’état de santé globale de l’individu.
  4. Je conseille de se faire accompagner sur le plan psycho-émotionnel si nécessaire. J’explore souvent la gestion des émotions comme piste de travail. Y a-t-il eu des éléments déclencheurs de la maladie, des changements d’habitudes alimentaires, des modifications dans l’environnement de la personne au moment de l’apparition des symptômes ? L’accompagnement psycho-émotionnel peut permettre une meilleure compréhension de la maladie, de son origine et des efforts à faire pour en atténuer les effets.

Gestion Holistique du Diabète Type 2: Alimentation, Compléments et Huiles Essentielles

Dans notre quête pour une gestion naturelle du diabète de type 2, il est essentiel d’adopter une approche holistique qui englobe l’alimentation, l’utilisation judicieuse de compléments alimentaires et, dans certains cas, d’huiles essentielles. Voici mon point de vue sur comment ces éléments peuvent jouer un rôle crucial dans le soutien des personnes atteintes de cette condition.

Aliments bénéfiques : Je recommande vivement le fenugrec pour sa capacité à stimuler le pancréas et donc à favoriser la production d’insuline. L’oignon, avec ses propriétés hypoglycémiantes naturelles, est également un allié précieux. La cannelle, quant à elle, peut aider à réguler l’appétit et faciliter la digestion. En général, les aliments ayant des effets hypoglycémiants sont à privilégier.

Compléments alimentaires : Les compléments à base de chrome sont intéressants pour les diabétiques, car le chrome agit comme un cofacteur dans la production d’insuline. On trouve ces compléments sous différentes formes, y compris en ampoules. Les synergies d’oligothérapie, notamment le zinc, le nickel et le cobalt, soutiennent le système hormonal et aident à métaboliser les glucides et à réguler la glycémie. La spiruline se distingue également par sa richesse nutritionnelle, offrant des avantages tels que la réduction de l’appétit, une influence positive sur la glycémie et un impact bénéfique sur les niveaux de cholestérol et de triglycérides.

Huiles essentielles : L’huile de géranium rosat est particulièrement stimulante pour le pancréas, favorisant ainsi la production d’insuline. Cependant, il est crucial de consulter un professionnel avant d’utiliser des huiles essentielles pour s’assurer de leur utilisation appropriée.

Un dernier conseil : Il est primordial de privilégier la consommation d’aliments frais, de saison et de qualité biologique ou équivalente. Si nécessaire, n’hésitez pas à vous faire accompagner de manière globale pour apprendre à mieux gérer votre hygiène de vie. Ayez confiance en vous et persévérez. Je vous souhaite le meilleur dans votre parcours vers une meilleure santé.

En tant que naturopathe, je tiens à préciser que, l’accompagnement que je propose n’est en aucun cas d’ordre médical. Mes conseils visent à améliorer le bien-être général à travers des méthodes naturelles et ne peuvent se substituer aux traitements prescrits par un médecin. Il est essentiel de consulter un professionnel de santé pour tout problème de santé sérieux. Mon rôle est de compléter votre parcours de santé par des approches préventives et holistiques, favorisant ainsi un mode de vie sain et équilibré.

En savoir plus ici

Diabète Type 1 et 2: Comprendre et Gérer à travers le Mode de Vie

Pour comprendre le diabète, je distingue deux formes principales de cette condition. Le diabète de type 1, qui est une maladie auto-immune et génétique, me limite à améliorer le confort de vie du client par une hygiène de vie adaptée. En revanche, le diabète de type 2, plus révélateur des habitudes de vie actuelles, touche plus de 3 millions de personnes en France et est en constante augmentation.

La principale problématique du diabète est une régulation défaillante de la glycémie, soit le taux de sucre dans le sang. Dans le cas du type 2, cette régulation inadéquate peut être due à une production insuffisante d’insuline par le pancréas ou à une réduction de l’efficacité de cette hormone, ce qui entraîne une absorption moindre de sucre par les cellules que nécessaire.

Bien que la génétique puisse prédisposer à l’apparition du diabète de type 2, je suis convaincu que notre mode de vie, notre alimentation, notre activité physique, notre sédentarité et notre poids sont des facteurs modifiables sur lesquels nous pouvons agir. En adoptant une hygiène de vie saine, il est possible de prévenir ou même de limiter les effets du diabète, ouvrant ainsi la voie vers une gestion optimale de cette condition.